L’arbre tempête

Si vous avez déjà eu l’impression que votre vie entière a été déracinée et que vous ne savez vraiment pas de quoi demain sera fait, inspirez-vous du chêne de Turner, un chêne géant de 16 mètres de haut planté en 1798 et qui pousse aujourd’hui dans les jardins botaniques royaux de Kew, au sud de Londres. Dans les années 80, il tomba gravement malade et semblait être condamné. Puis, le 16 octobre 1987, la « Terrible Tempête » frappa une partie du Royaume-Uni, de la France et des îles anglo-normandes. Il s’agit peut-être de la pire tempête depuis 1703 qui déracina plus de 15 millions d’arbres dans le sud de l’Angleterre en seulement une heure. Parmi ses victimes, on compte le chêne de Turner. Comme ses racines étaient peu profondes, le vent, telle une main géante, l’a entièrement arraché du sol, l’a secoué violemment, puis l’a replanté, de la même façon qu’on soulèverait un verre à vin par son pied et pour le remettre sans ménagement sur la table.

Le directeur de l’arboretum, Tony Kirkham, avait l’impression d’avoir perdu un membre de sa famille : « J’étais effondré ! Les arbres dont vous vous étiez occupés, que vous aviez appris à reconnaître et à côtoyer, gisaient sur le sol. » Tony et ses collègues arboriculteurs ont remis le chêne majestueux en place et l’ont redressé, sans grand espoir. Trois ans plus tard, à leur grand étonnement, l’arbre était en parfaite santé. C’est alors qu’ils ont réalisé que le sol autour des racines était devenu tellement compressé par les gens qui le piétinaient auparavant que l’arbre ne recevait pas assez d’air ni d’eau. La tempête l’avait détaché et avait rendu au sol la porosité nécessaire pour que le chêne puisse bien pousser à nouveau.

Durant les trente ans qui ont suivi la tempête, le chêne de Turner a grandi d’un tiers et a inspiré de nouvelles méthodes de gestion des arbres dans le monde entier, dont la conception d’équipements pour ameublir le sol et permettre à l’oxygène, à l’azote et aux nutriments d’atteindre le système racinaire souterrain des arbres.

Maintenant, chaque fois que Tony se promène près de ce grand chêne, il sourit et s’attendrit un peu en pensant à son rétablissement miraculeux. « Les arbres sont comme les gens, » dit-il. « Ils stressent, mais comme ils sont beaux quand ils sont heureux ! »

Lorsque nous sommes au milieu de l’ouragan, nous ne comprenons peut-être pas ce que cela peut apporter de bon, mais dès que la tempête se calme, la vie reprend de plus belle. Bien souvent, nous ne connaissons pas le pourquoi ni le comment de nos problèmes quand nous sommes en plein dedans, et « en ayant le nez sur l’arbre, nous ne pouvons pas voir la forêt. » Mais c’est en faisant confiance à Dieu, et en Son plan pour nos vies, que nous trouvons la sérénité et la paix de l’esprit. 1

  1. Voir Jean 15:1-2