Joie sur la terre

Noël est un moment de joie et de réjouissances. De nombreux pays ont des coutumes et des traditions uniques qui contribuent à en faire une période joyeuse.

– Au Mexique, neuf jours avant Noël, les enfants parcourent leurs quartiers pour imiter Joseph et Marie recherchant un logement. Deux enfants, portant leurs effigies, se rendent en procession vers une certaine maison en chantant des cantiques de Noël. Ils frappent à la porte et demandent une chambre. Au début, on leur refuse, mais ils sont ensuite autorisés à entrer. Une fête et des réjouissances s’ensuivent. Des enfants aux yeux bandés jouent à essayer de briser, à l’aide d’un bâton, la « piñata », une grande figurine en papier mâché aux couleurs vives, accrochée au plafond et contenant des bonbons ou des petits cadeaux.

– En Irlande, on allume une bougie et on la met à la fenêtre la veille de Noël pour accueillir les voyageurs fatigués.

– En Écosse, la nuit après Noël, des colis de nourriture sont emballés et distribués aux pauvres.

– En Russie, certains chrétiens orthodoxes jeûnent pendant un certain temps avant Noël. Puis, la veille de Noël, dès qu’apparait la première étoile dans le ciel, ils se mettent à table pour déguster un dîner composé de 12 plats.

– En Grèce, la veille de Noël, les enfants vont de maison en maison et frappent aux portes en chantant des cantiques qui annoncent l’arrivée de l’enfant Jésus.

– Au Ghana, en Afrique de l’Ouest, les maisons sont ornées de décorations en papiers de couleurs vives fabriquées par les familles pour l’occasion. Dans la cour de chaque maison, un arbre–c’est souvent un manguier, un goyavier ou un anacardier–est également décoré.

– En Éthiopie, les membres de l’Église orthodoxe éthiopienne célèbrent Noël le 6 janvier, selon l’ancien calendrier romain.

– Dans le sud de l’Inde, les chrétiens décorent leur maison la nuit avec des lampes d’argile.

– Aux Philippines, on commence à diffuser des chants de Noël dès le mois de septembre.

– En Chine, les chrétiens érigent des arbres artificiels appelés « arbres de lumière » et les décorent avec des guirlandes en papier, des fleurs, des lanternes et d’autres éléments décoratifs.

– Les Américains décorent leurs maisons avec des lumières de couleurs vives. Dans certaines régions du pays, ils bordent également les rues de bougies.

– Dans de nombreux pays, des crèches sont exposées pour rappeler à tous la naissance de Jésus. En Italie, la famille prie pendant que la mère dépose dans la crèche la figurine de l’Enfant Jésus (Bambino).

Dans le monde entier, les cloches sonnent pour célébrer les évènements joyeux. Existe-t-il évènement plus joyeux que de célébrer l’amour de Dieu pour le monde entier manifesté par le don de Son Fils Unique ? Dans toute la Norvège, on célèbre Noël en sonnant les cloches à 17 heures la veille de Noël.

Et il y a, bien sûr, le sapin de Noël. On se demande souvent comment et quand le sapin est devenu un symbole de Noël, mais beaucoup de gens pensent qu’il faut remonter à l’Allemagne médiévale, où l’on décorait de pommes rouges le « Paradeisbaum » ou « arbre de paradis », une variété particulière de sapin, qui figurait dans une pièce de théâtre populaire sur le thème d’Adam et Eve ; elle était jouée à Noël et se terminait par la promesse d’un Sauveur à venir. Le fait que l’arbre reste toujours vert symbolise la vie éternelle que Jésus promet à ceux qui croient en Lui. Tout comme le sapin reste vert, même en hiver, ainsi le Christ a triomphé de la mort.

Autrefois, à Noël, les chrétiens décoraient leurs maisons avec du houx. Ils l’appelaient « l’arbre saint », car ses feuilles épineuses rappellent la couronne d’épines que Jésus portait sur la croix, et les baies rouges évoquent le sang qu’Il a versé pour le pardon de nos péchés.

La plus répandue de toutes les traditions de Noël–celle des cadeaux offerts à nos proches-–trouve peut-être ses racines dans les présents offerts à Jésus par les Rois Mages. Ils avaient aperçu un signe dans le ciel qui leur signalait la naissance du Messie, et ils partirent afin de L’adorer et d’offrir à Sa famille des cadeaux : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. L’or symbolisait Sa royauté. L’encens évoquait Sa divinité. Il s’agissait d’une résine aromatique à partir de laquelle on fabriquait de l’encens et un parfum digne des rois. La myrrhe, le troisième présent, était une autre résine aromatique, à partir de laquelle on fabriquait des parfums pour embaumer les morts. Elle rappelait l’humanité de Jésus et le fait qu’Il allait mourir pour nous. La naissance, la souffrance, la mort et la gloire de Jésus furent ainsi illustrées par les cadeaux des rois mages.

Mais pourquoi toutes ces traditions ? Remontons jusqu’à la toute première veille de Noël, où des bergers veillent sur leurs troupeaux sur une colline près de Bethléem. Une lumière éclatante apparaît et des anges annoncent la naissance de Jésus par des chants. Les bergers sont tellement enthousiastes qu’ils courent raconter à tout le monde ce qui vient de se passer. Imaginez la joie que Marie et Joseph ont éprouvée en tenant le Fils de Dieu dans leurs bras ! C’est cette même joie indescriptible qui peut être ressentie aujourd’hui encore par tous ceux qui ouvrent grand leur cœur pour y recevoir l’amour de Dieu en Jésus.